Créée en 2016, l’Académie des arts dramatiques de Chantilly a ouvert une formation professionnelle en 2018. Esprit de troupe, formation au plus près du réel et désir de maintenir de petits effectifs sont les grandes lignes de cette nouvelle école de comédiens. Les candidatures sont en cours, avec des auditions en ligne du fait du confinement, pour la rentrée de septembre.

Les lieux de formation à l’art dramatique continuent d’essaimer en France, malgré la crise économique et la réduction des budgets dédiés à la culture. Pourquoi vouloir former davantage de comédiens, alors que le régime intermittent est fébrile et la concurrence dans le cinéma sous haute tension ? Il faut croire que la passion pour cet art fait fi de toutes ces contingences matérielles : il faut que jeunesse se forme !

Une offre bienvenue dans les Hauts-de-France

Les Hauts-de-France, coincés entre Paris et Lille, faisaient des passionnés des planches le parent pauvre de la région. L’Académie des arts dramatiques de Chantilly, dirigée et créée par Mily Neau, offre ainsi depuis 2018 une formation dans la région. Elle se veut exigeante, polyvalente, à taille humaine, professionnelle et bienfaisante pour les jeunes. Quinze élèves par classe, c’est ce à quoi s’en tient la directrice, pour favoriser le suivi des élèves et leur travail.

« Cela faisait un moment que j’avais envie de travailler avec des comédiens qui voulaient en faire leur métier, après avoir donné pendant dix ans des cours amateurs pour enfants et adultes », explique Mily Neau. Au départ surtout, il y a une rencontre déterminante avec Marc Rougier, un directeur de casting de cinéma et de télévision. « Comme il voit beaucoup de comédiens fraîchement sortis d’école, il m’a dit : ‘‘Je pense savoir quelle formation peut être la mieux adaptée aux exigences du casting’’. Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure il y a un an et demi. » Mily Neau propose donc un cursus en trois ans, avec une spécialisation dès la deuxième année, soit pour les arts scéniques, soit en audiovisuel-cinéma.

Il y a l’enjeu local, bien sûr, mais aussi « l’envie de créer une formation optimale pour devenir comédien et qui soit valorisante pour eux ». La différence majeure d’avec la majorité des formations théâtrales est l’approche pluridisciplinaire. « Les élèves travaillent les théâtres classique et contemporain, le jeu face à la caméra, mais aussi le corps et la voix, à travers l’expression corporelle, la commedia dell’arte, le chant, le masque ou encore le mime. Ce que l’on juge nécessaire pour devenir un bon comédien. »

Le tout se déroule en 18 heures de cours, répartis sur deux jours et demi. L’autre spécificité est de maintenir de petits effectifs. Pour Mily Neau, il est indispensable de pouvoir assurer des suivis personnalisés des « élèves dont la spécificité nous intéresse ».

Lire l’article complet de Louise Alméras sur le site du journal Profession Spectacle.

 



Crédits photographiques : Académie des arts dramatiques de Chantilly (DR)



 

Restez informé !