Au 1er janvier, les visas seront de retour entre le Royaume-Uni et l’Europe. Nombre de changements affecteront les artistes des deux côtés de la Manche, donc une exportation de biens culturels plus coûteuse et des conditions de travail plus strictes.

Charlotte Faucher, chercheuse postdoctorale auprès de l’université de Manchester, a rédigé un rapport sur le futur des échanges en la matière entre le Royaume-Uni et l’Europe.

« Le Royaume-Uni n’a pas encore décidé s’il allait rester au sein du réseau Europa Cinemas, mais à ma connaissance, c’était mal parti, explique-t-elle dans un entretien publié sur Profession Spectacle. Ce programme avait des mesures d’incitation pour aider les cinémas d’art et d’essai à diffuser au moins 30 % de films européens non nationaux. En l’absence de cette incitation, les cinémas européens risquent de moins diffuser des œuvres britanniques et vice-versa. Des cinéastes comme Ken Loach ont beaucoup bénéficié de ce soutien pour être diffusés dans les festivals. »

Et Charlotte Faucher de conclure : « Si les films européens n’ont pas de réseaux robustes pour les soutenir, ils risquent d’être très concurrencés par le marché américain qui va inonder le Royaume-Uni. »

Lire l’entretien complet sur le site du journal Profession Spectacle.

 



 

Restez informé !