Le monde de la création, de la production et de la diffusion artistique est en plein bouleversent : des collectifs naissent de partout, dans des lieux divers, parfois étonnants. Les modèles artistiques, économiques et politiques en sont bouleversés. Analyse d’une situation complexe.

ÇA SE CULTIVE

Collectifs d’artistes, tiers lieux, squats, nouveaux territoires de l’art, galeries associatives, friches culturelles, espaces alternatifs, centres d’artistes autogérés, communautés artistiques, lieux intermédiaires… Les artistes investissent aujourd’hui quantité de nouveaux territoires pour pouvoir produire, montrer et diffuser leurs œuvres.

Dans le même temps, le phénomène des collectifs n’est plus lié à des enjeux esthétiques et politiques exprimés dans un manifeste, mais à des besoins de socialisation, de production et de professionnalisation.

Au-delà des mythes fondateurs et des visions fantasmées, qu’est-ce qui fonde la cohésion entre artistes et collectifs ? Comment les artistes choisissent-ils de créer ? De quels espaces disposent-ils ? De quels accompagnements bénéficient-ils ? Quelles relations entretiennent-ils avec les pouvoirs publics ?

INTERVENANTS
– Paméla Dorival, co-présidente de la FRAAP, membre du Collectif Mulupam
– Blaise Mercier, directeur de la Fabrice Pola à Bordeaux
Isabelle Mayaud, sociologue
– Tatiana Cotte, coordinatrice du Collectif du Château de Verchaüs à Viviers

PLAN DU DÉBAT
1/ Le phénomène des collectifs : analyse, logique de projets, attente et besoins actuels…
2/ les espaces de création et de diffusion.
3/ Relations avec les pouvoirs publics.
4/ Perspectives : chantiers et défis des prochains années.

Et le traditionnel « coup de coeur artistique » récent en guise de bonus !

Table ronde modérée par Pierre GELIN-MONASTIER

.



Soutenez-nous gratuitement.
Abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

MERCI !



 

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :