Que signifie le plan 100 % EAC pour le monde des arts et de la culture ? Derrière la statistique politicienne, portée par le président de la République, il y a des projets, des parcours et des dispositifs bien concrets. Exploration avec Marie Stutz, Fanny Delmas, Olivier Letellier et Christine Bolze.

« Au cours de l’année 2018-2019, près de trois élèves sur quatre ont bénéficié d’au moins une action ou un projet relevant de l’éducation artistique et culturelle (EAC) : 80 % dans le premier degré et 59 % au collège. Cette part est stable par rapport à l’année précédente. » Ainsi commence le rapport du Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS), publié en 2020, sur l’éducation artistique et culturelle en école et au collège.

Ces chiffres et ces statistiques relève d’une logique comptable, de même que le plan 100 % EAC engagé par Emmanuel Macron à son arrivée à la présidence de la République, qui vise à ce que tous les enfants bénéficient d’un parcours artistique et culturel au cours de leur scolarité.

S’il n’est pas question aujourd’hui d’entamer une analyse critique de ce plan, on peut néanmoins s’interroger sur ce que sont ces actions ou ces projets qui ont touché ces trois élèves sur quatre. Si l’on parle d’une simple sortie au cinéma ou au théâtre, il est évident que cela ne constitue pas un parcours, ni même une quelconque « éducation » aux arts.

Il convient dès lors de revenir au sens de l’EAC, d’en questionner la formulation, mais également de s’interroger sur les projets, les parcours, la pratique artistique. Tel est l’enjeu de cette table ronde.

INVITÉS :
– Marie Stutz, directrice de la Maison du geste et de l’image, Centre de recherche et d’éducation artistique de la ville de Paris ;
– Fanny Delmas, responsable du pôle “Éducation artistique et culturelle” au Centre national de la danse à Pantin, en Seine-Saint-Denis ;
– Olivier Letellier, metteur en scène, fondateur du Théâtre du Phare et nouveau directeur des Tréteaux de France, CDN itinérant (succession à Robin Renucci le 1er juillet 2022) ;
– Christine Bolze, membre du collectif “Pour l’éducation, par l’art”, ancienne responsable de lieux et de dispositifs en faveur de l’éducation artistique.

PLAN DU DÉBAT

1/ Définition et objectifs de l’EAC
2/ Méthodologies existantes
3/ Place de l »artiste intervenant
4/ Perspectives et chantiers

Table ronde modérée par Pierre GELIN-MONASTIER

.



Soutenez la presse indépendante.
Abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

Un petit geste pour vous, un soutien majeur pour nous !



.

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :