Il y a des lectures qui font comme des coups de foudre. D’une zébrure elles éclairent l’horizon, d’un tonnerre elles prennent tout l’espace disponible. C’est le cas du Temps des tribus, de Michel Maffesoli, un ouvrage au-dessus de tous les autres.

L’air de rien

Il y a des lectures qui font comme des coups de foudre. D’une zébrure elles éclairent l’horizon, d’un tonnerre elles prennent tout l’espace disponible. Le voilà donc, ce livre qui tout d’un coup foudroie. Dans quelles ténèbres nous sommes, nous le savons. Quelle nuit nous empêtre nous le vivons. Ce que ces pages peuvent peut dire de nous, je ne le devinais pas.

On a tout dit sur l’individualisme de notre société. De Lipovetsky à Dumont ou Sadin. Oublions le name-dropping, ça fait pince-cul. On n’avait encore rien écrit (à part McLuhan et Moles, mais c’est encore le landerneau académique) sur les « petites tribus » que nous faisons peu à peu, pour peu de temps d’ailleurs. C’est Michel Maffesoli, dans Le Temps des tribus, qui l’a dit le premier dans cet ouvrage au-dessus de tous les autres – et c’est un énorme éclair qui troue subitement l’épaisseur où nous nous trouvons. Il date de 1988. C’est quelque part vers 1914 et le Moyen-Âge, entre mon arrière-grand-père et Néandertal. Mais quel trait de génie, quel éclair projeté des années avant sur notre curieuse année 2020 faite de COVID et de Netflix.

Que raconte cet auteur dont on a déjà dit plusieurs fois l’air de génie et le petit côté sauveur d’humanité, tout au moins d’éclaireur ? Ceci, très précisément : l’histoire venue du bas (pas celle des intellectuels faite d’abstractions mondaines comme l’Histoire, la Politique, l’Économie, bla-bla), celle qui nous concerne, la nôtre propre, est celle du Nous. Nous nous accrochons à un Nous, communauté, tribu, rassemblement éphémère ou non – nous ne sommes des Je qu’en étant plusieurs. Notre monde est fait d’une « multitude de villages » qui s’entrecroisent, s’opposent, s’entraident, tout en restant chacun soi-même. « Il existe comme des vérités successives dans les relations amoureuses » : nous sommes donc devenus cela, des tribus éphémères, un grouillement, une nébuleuse d’interactions marquées par la succession. « Par une suite de chevauchements et d’entrecroisements multiples, un réseau des réseaux se constitue. » Le flou, « la mobilité, l’expérience, le vécu émotionnel » – « de là l’existence de petites tribus éphémères qui créent un état d’esprit appelé à durer ».

Un jour tu te vois dans le miroir et tu dis : c’est donc cela, que je suis. C’est donc cela, que nous sommes en 2021 : des Nous fragiles et successifs, agglutinés par la colle de l’émotion, défaits par l’effet de la lassitude. Des Nous plutôt que des Je. Mais des communautés si fragiles, si légères, qu’elles volent au vent et disparaissent presqu’aussitôt qu’elles naissent. Programme 2021 : garder de l’air du temps cet esprit de tribu qui nous fait nous sentir meilleurs ensemble que distants ; les confinements ont au moins eu cette vertu de tuer jusqu’à l’œuf le nid de l’individu qui vivrait seul sans autrui. Programme 2021 : mais aussi, quand même, ne pas être des plumes au vent, ne pas changer tout le temps de communautés, de tribus, s’ancrer un peu – même si c’est dur – dans des familles durables et longanimes. De l’air du temps, garder tous les Nous plus grands que la somme des Je, mais pousser un peu plus loin en faisant de la durée la bonne nouvelle de cette décennie si neuve.

Durer dans le Nous : bonne année 2021 à tous !!!

Emmanuel TOURPE

Lire les chroniques précédentes d’Emmanuel Tourpe :
Pour manger un éléphant, prends une petite cuiller
La chambre secrète de la pyramide de Maslow – et autres mécaniques cachées de l’âme humaine
Tout le monde à poil ! Un règlement d’ordre intérieur
Il est où le bonheur, il est où ?
À qui perd gagne – 2020, meilleure année de l’histoire

 


Emmanuel Tourpe, 50 ans et père de 4 enfants, est le directeur de la programmation TV / numérique de la chaîne culturelle Arte. Il a occupé les mêmes fonctions, ainsi que celles de responsable des Études, à la RTBF pendant presque 20 ans. Docteur habilité en philosophie, il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles scientifiques. Il est également un conférencier international. Il exerce également des fonctions de conseil en communication, management et stratégie. Il tient une chronique bimensuelle dans Profession Audio|Visuel depuis octobre 2020.


.

 

Restez informé !