Dans une interview accordée à Nicolas Madelaine et à Fabienne Schmitt, pour le journal Les Échos, Françoise Nyssen a été on ne peut plus claire : « Le gouvernement ne reviendra pas sur les économies demandées à l’audiovisuel public ». Celle qui souhaite devenir « la ministre de la création de valeur » a confirmé la baisse de 36 millions d’euros en 2018, soit moins de 1 % d’effort.

.

« Les contrats d’objectifs et de moyens (COM) des groupes audiovisuels publics prévoyaient des augmentations de budget qui n’étaient pas réalistes, compte tenu de la situation budgétaire dégradée que ce gouvernement a trouvée en arrivant, explique Françoise Nyssen. Ces ressources seront en baisse l’année prochaine, mais en hausse par rapport à 2015 et 2016. L’économie décidée pour 2018 représente une baisse de 36 millions d’euros par rapport à 2017, pour un budget de 4,5 milliards d’euros pour l’ensemble des groupes audiovisuels publics. C’est moins de 1 % d’effort. »

La ministre a également répondu à des questions relatives au piratage, au développement de l’audiovisuel à l’international, à la « surproduction » d’œuvres cinématographiques, à la taxe pour les géants du net (Netflix, Youtube, etc.), à la publicité sur les télévisions… Sur la cagnotte mystérieuse du CNC, Françoise Nyssen s’est malheureusement bien gardée de répondre, se contentant de formules vagues et principielles.

« Une annonce brutale qui affaiblit l’investissement »

Les organisations du Bureau de liaison des organisations du cinéma (BLOC) ont aussitôt fait part de « leurs plus vives inquiétudes au sujet des baisses des crédits annoncées dans l’audiovisuel public et s’insurgent contre une communication qui ne reflète pas la réalité des coupes envisagées ».

En comparant les Contrats d’Objectifs et de Moyens signés en 2016 avec les déclarations récentes du ministère, le BLOC parle d’une baisse, non de 36 M€, mais de 80 M € – dont 50 M€ pour France Télévisions et 5 M€ pour Arte.

« Cette annonce brutale affaiblirait à nouveau les capacités d’investissement dans la création de France Télévisions et d’Arte, pourtant indispensables à la préservation du cinéma français dans toute sa diversité », annonce le BLOC dans son communiqué publié hier.

Les organisations du cinéma demandent aux pouvoirs publics un soutien renouvelé à la création française et la mise en place d’une réflexion collective sur les ressources de l’audiovisuel public, avant toute coupe budgétaire à l’aveugle.

Élodie NORTO



 

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :