Jeanne Moreau est morte à Paris à l’âge de 89 ans. Avec sa disparition, le cinéma français perd l’une de ses plus grandes ambassadrices, une icône du 7e art qui a fasciné les plus grands réalisateurs en plus de 60 ans de carrière. La grande comédienne à la beauté sensuelle et à l’inimitable voix grave a été retrouvée morte lundi matin dans son appartement parisien, a indiqué son agent.

[avec AFP]

Elle restera associée à plusieurs scènes mythiques du 7e Art, celles de Jules et Jim mais aussi la fin tragique d’une ex-détenue dans Les Valseuses ou ce « French cancan » aux côtés de Brigitte Bardot dans Viva Maria.

Lauréate du prix d’interprétation féminine 1960 à Cannes (pour Moderato Cantabile), Jeanne Moreau fut aussi la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury sur la Croisette, en 1975, puis en 1995 où on la vit chanter aux côtés de Vanessa Paradis.

Carrière

Née le 23 janvier 1928 à Paris, d’un père restaurateur et d’une mère anglaise, danseuse, l’inoubliable interprète de la chanson « Le Tourbillon de la vie » dans Jules et Jim (1962) a tourné dans plus de 130 films.

Jeanne Moreau, qui a fait ses classes à la Comédie-française à 19 ans, laisse l’empreinte d’une actrice éclectique. Femme de plusieurs amours – Louis Malle, Pierre Cardin – et de deux mariages éphémères, elle renvoyait l’image d’une grande séductrice.

L’actrice qui a fasciné Welles (Une histoire immortelle), Buñuel (Journal d’une femme de chambre), Antonioni (La notte) ou Losey (Eva), avait reçu en 1992 le César de la meilleure actrice pour « La vieille qui marchait dans la mer ».

Au théâtre, la comédienne a donné vie aux textes de Jean Cocteau, Frank Wedekind ou encore Heiner Müller, sous la direction des plus grands metteurs en scène (Brook, Vitez, Régy, Grüber). Il y a 70 ans, elle se préparait d’ailleurs pour le tout premier festival d’Avignon, où elle joua de petits rôles dans les trois pièces montées par Jean Vilar.

Ses obsèques auront lieu dans la stricte intimité, mais « une cérémonie d’hommage sera organisée ultérieurement », a précisé la famille.

Hommages multiples

« Notre collaboration dans Viva Maria, de Louis Malle, nous a mises en compétition mais aussi en complémentarité. C’est un beau souvenir que je garde d’elle à jamais », a déclaré Brigitte Bardot. Cette femme « belle, intelligente, séduisante, avec une voix et une personnalité hors du commun » a été « emportée trop tôt par le tourbillon de la vie ».

« La France, comme nous tous, a perdu un trésor national. Mais son esprit vivra à jamais. Au revoir Jeanne » s’est ému sur Twitter son second ex-mari, le réalisateur de French Connection William Friedkin.

« Un visage d’une beauté tellement forte, tellement… expressive. Dès ses premiers (petits) rôles », a réagi sur Twitter Pierre Lescure, président du festival de Cannes.

« Jeanne Moreau, c’est l’art, la culture, la beauté, le chic, l’esprit français », souligne l’ex-président du festival Gilles Jacob dans une tribune au Huffington Post.

« Je suis profondément bouleversé. C’est quelqu’un que j’aimais beaucoup », a déclaré sur M6 Alain Delon, qui avait tourné avec elle dans L’homme pressé et Monsieur Klein.

« Elle incarnait une certaine idée du cinéma », a dit à l’AFP Arielle Dombasle qui a joué à ses côtés dans L’Absence de Peter Handke et Les Cent et une nuits d’Agnès Varda.

« Il est des personnalités qui à elles seules semblent résumer leur art. Jeanne Moreau fut de celles-ci. Avec elle disparaît une artiste qui incarnait le cinéma dans sa complexité, sa mémoire, son exigence », a souligné le président Emmanuel Macron dans un communiqué.

 

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a fait part de son « émotion, à la hauteur du talent et héritage de Jeanne Moreau : immense ». « Elle s’éteint, mais la voix, le génie, la vision de l’artiste demeurent », a-t-elle écrit sur Twitter.

Vanessa LUDIER

Restez informé !