André Rousselet, qui aura marqué le paysage audiovisuel français en fondant Canal+ le 4 novembre 1984, est mort le dimanche 29 mai 2016 à son domicile parisien, à l’âge de 93 ans. Magistrat de formation, président de l’agence de publicité Havas (1982-1986) et ancien député FGDS (gauche non communiste) en 1967-1968, André Rousselet avait la passion de la presse, télévisuelle et écrite : «Il s’est éteint paisiblement chez lui, dans sa 94e année, il était juste fatigué par l’âge», a déclaré à l’AFP l’un de ses fils, Philippe Rousselet.

« André Rousselet était un entrepreneur de talent, a souligné Audrey Azoulay. Avec Canal Plus, c’est un média unique au monde qu’il fonda, aujourd’hui premier partenaire du cinéma français et l’un des moteurs de la création audiovisuelle et cinématographique en Europe ».

François Hollande sur André Rousselet

Proche de François Mitterrand, dont il fut le chercheur de fonds lors de plusieurs campagnes présidentielles et l’exécuteur testamentaire, André Rousselet fit grincer quelques dents lors de la création de Canal+, non seulement à cause du principe payant de cette chaîne à péage, mais également – surtout – en raison de son positionnement ouvertement à gauche.

Pour mener à bien ce projet, il fait appel à Pierre Lescure, qui travaillait alors à Antenne 2. La politique de Canal+ repose sur un principe simple : vendre très chers les abonnements afin d’une part de financer directement le cinéma, d’autre part d’acheter les droits des retransmissions sportives et des films à caractère pornographiques.

Après dix ans de croissance, André Rousselet est évincé par un accord scellé entre différents actionnaires : Havas, la Générale des Eaux et la Société générale. Il y voit un complot fomenté par Édouard Balladur, alors Premier ministre, et signe une tribune cinglante dans Le Monde : « Édouard m’a tuer. »

Pierre Lescure choisit de rester à Canal+ mais n’oublie pas ce qu’il doit à André Rousselet. Il a aussitôt réagi à l’annonce de sa mort : « Il a changé ma vie, la rendant plus belle. Nous sommes des dizaines, des centaines qui l’avons rencontré en 1984 et dont il a changé la vie. André Rousselet nous a appris la liberté, la responsabilité, et comment se tenir debout, toujours. »

C’est à la suite de son éviction qu’il tente de lancer ou racheter plusieurs journaux. Il fonde l’hebdomadaire Sports Magazine (très tôt disparu), puis un quotidien, InfoMatin qui ne parut que deux ans (1994-1996). Ironie de l’histoire : InfoMatin dépose le bilan le 8 janvier 1996, jour de la mort de François Mitterrand.

Infatigable, à 93 ans, André Rousselet venait de publier ses mémoires, intitulés ironiquement : À mi-parcours.

Nadège POTHIER

Quelques Tweets glanés ça et là…

Michel Denizot sur André Rousselet

Manuel Valls sur André Rousselet

Stéphane Guillon sur André Rousselet

Restez informé !