Kelly Reichardt, Alice Diop, Leos Carax, Nicolas Klotz et Élisabeth Perceval… Après une saison largement amputée par les restrictions sanitaires, l’exigeante programmation cinéma du Centre Pompidou repart de plus belle.

Présenté dans la pluralité des formes qu’il invente en dialogue avec les autres champs de la création, le cinéma occupe une place prépondérante au Centre Pompidou. Au fil de cette saison 2021-2022, les cinémas du département culture et création du Centre Pompidou s’enquièrent du devenir des images en mouvement à l’aune des crises multiples que nous traversons.

17-26 septembre : 2e édition du Cinéma comme il va

La deuxième édition du Cinéma comme il va esquissera, à travers plus de 10 séances conçues avec les Cahiers du cinéma, un état des lieux provisoire, solidaire avec l’ensemble des acteurs d’un champ cinématographique fragilisé qui ne cesse néanmoins d’évoluer et de s’inventer.

Des films d’auteurs confirmés, qui compteront pour nous dans les prochaines semaines, sont présentés en avant-première – Memoria d’Apichatpong Weerasethakul qui ouvre l’événement, ou encore Petite Solange d’Axelle Ropert et Compartiment n°6 de Juho Kuosmanen qui clôturera ce cycle –, tandis que l’autre partie de la programmation est composée de découvertes, souvent issues des festivals, où certaines ont été récompensées : Murina d’Antoneta Alamat Kusijanović, Feathers d’Omar El Zohairy, El Planeta d’Amalia Ulman, Hit the Road (titre provisoire) de Panah Panahi, Soy Libre de Laure Portier, Sous le ciel de Koutaïssi d’Alexandre Koberidze. Enfin, le Centre présente, avant sa reprise en salles, la copie restaurée de A Bigger Splash, grand film trop méconnu de Jack Hazan, consacré au peintre anglais David Hockney.

29 septembre : projection de Vas-tu renoncer ? de Pascale Bodet

Trajectoires est un rendez-vous mensuel qui suit le parcours des cinéastes précédemment invités au Centre Pompidou en présentant leurs nouveaux films en avant-première. La première séance est consacrée à la réalisatrice Pascale Bodet avec Vas-tu renoncer ?, film qui réunit Benjamin Esdraffo, Pierre Léon, Serge Bozon, Marc Barbe, Marianne Basler, Andy Gillet et Emmanuel Levaufre.

14-24 octobre : rétrospective consacrée à Kelly Reichardt 

La cinéaste américaine Kelly Reichardt accompagne la rétrospective intégrale de ses films, avec First Cow en avant-première, plusieurs courts-métrages inédits, une classe de maître ou encore des rencontres avec de nombreux invités, accompagnés de la publication du premier livre en français sur son travail (De l’incidence éd., en coédition avec le Centre Pompidou).

2 décembre 2021 – 2 janvier 2022 : carte blanche à Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval 

Le duo français Nicolas Klotz et Elisabeth Perceval décline à travers rétrospective, installations, ateliers de paroles et de création, une pratique inclusive et partagée d’un cinéma qui se confronte en première ligne aux frontières, à l’exil, à l’exclusion.

2 décembre 2021 – 17 janvier 2002 : festival Hors Pistes à Málaga

Le festival annuel Hors Pistes prolonge au Centre Pompidou Málaga sa réflexion sur l’écologie des images, entamée à Paris en février dernier.

20 janvier-6 février 2022 : festival Hors Pistes à Paris

L’édition parisienne du festival s’intéresse à l’âge des images, autour du double effacement de la vieillesse, absente à l’image, et de la jeunesse, ensevelie sous les clichés.

11-14 février : Alice Diop et la représentation des banlieues françaises

La cinéaste française Alice Diop, autour son nouveau film Nous et de son projet de cinémathèque idéale des banlieues du monde, s’interroge, aux côtés de de nombreux invités, sur les représentations que le cinéma donne des espaces et des visages des banlieues françaises, et sur l’invisibilisation des cinéastes issus de ces territoires

20 avril – 17 juillet : rétrospective intégrale consacrée à Leos Carax

La première exposition du légendaire Leos Carax et la rétrospective intégrale de ses films, avec restaurations et fragments inédits, déploie un montage vertigineux d’expériences visuelles, sonores, sensorielles, imprégné par l’histoire du cinéma et celle du cinéaste, réinventant sans cesse les possibilités de la fiction et de l’image en mouvement.

Enfin, un premier week-end avec Demoseries, projet universitaire et européen qui met en dialogue recherche et création sur les thèmes de la violence et de la surveillance d’État, donne lieu à une programmation inédite autour des séries sécuritaires.

.



Source iconographique : Pixabay



 

Restez informé !