Le CNC et GfK viennent de publier un baromètre de la vidéo physique qui couvre les neuf premiers mois de l’année 2016. Les chiffres sont sans ambiguité : le marché de la vidéo physique accuse un recul de -13,7 % en valeur et de -7,7 % en volume… Ce rapport a été réalisé à partir des ventes réalisées dans les grandes surfaces alimentaires et les grandes surfaces spécialisées, de la vente par correspondance et des ventes sur internet et en librairies.

Recul du marché de la vidéo physique : -13,7 % en valeur, -7,7 % en volume

Entre janvier et septembre 2016, les ventes TTC de DVD et de Blu-ray en France s’élèvent à 378,88 M€. La dépense des ménages en vidéo diminue de 13,7 % par rapport aux 9 premiers mois de 2015. Cette évolution s’explique à la fois par la baisse de 15,6 % des revenus issus de la vente de DVD et de celle du Blu-ray (-7,6 %). Les volumes de supports vidéo (DVD et Blu-ray) vendus entre janvier et septembre 2016 diminuent de 7,7 % par rapport à 2015. Sur les douze derniers mois, le nombre de supports vidéo vendus a diminué de 3,8 % à 84,23 millions d’unités.

Il faut dire que le prix des DVD de « nouveauté » est en baisse constante. Entre janvier et septembre 2016, ce prix a diminué de 3,5 % pour atteindre 18,86 € en moyenne. Les ventes de DVD entre 3 € et 8 € représentent la principale tranche de prix du marché avec 19,3 % des recettes totales, devant les DVD vendus entre 17 € et 20 € (17,1 %)

Recul des ventes de films français (-24,9 %) et américains (-10 %)

Le cinéma français génère 48,68 M€ de recettes au cours des 9 premiers mois de 2016, en recul de 24,9 % par rapport à la même période en 2015. Quant aux films américains, les ventes en vidéo sont également en baisse : elles reculent de 10 % à 144,05M€ entre janvier et septembre 2016. Toutefois, la part de marché des films américains progresse pour atteindre 62,9 % (60,2 % en 2015).

capture-decran-2016-10-17-a-14-50-07

Les secteurs les plus touchés : le théâtre, le documentaire et la musique

Entre janvier et septembre 2016, tous les segments de marché du hors film affichent des ventes en recul, en valeur, exceptés les programmes d’humour, en hausse de 3,1%. Les recettes des programmes de fiction et d’animation à destination des enfants diminuent de 16,5 %, celles du théâtre de 24,9 %, celles du documentaire de 20,2 % et celles de la musique de 16 %. Au global, les recettes vidéo de fiction télévisuelle ont diminué de 9,1 % sur les 9 premiers mois de 2016.

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :