Un très beau et très touchant documentaire sur l’histoire d’une famille yéniche de Forbach confrontée à la marginalisation et en lutte contre le déterminisme social.

Si vous connaissez la filmographie de Marie Dumora, vous retrouverez dans son dernier film des protagonistes que la réalisatrice avait suivis dans ses précédents documentaires, tels que Belinda, la tante de Nicolas. Dans le cas contraire, vous serez tout aussi intéressés par l’histoire de cette famille yéniche de Forbach, qui se débat dans un cadre où la marginalisation s’associe au déterminisme social pour, semble-t-il, bloquer toute vision d’avenir.

Nicolas est pensionnaire au foyer de Schirmeck. Grand lecteur et admirateur d’Homère et de Jack London, il partage sa vie entre ses occupations au foyer et des retours épisodiques dans sa famille. Ces visites lui permettent, en plus de retrouver sa mère, de voir grandir ses demi-sœurs qui ont gardé leur place auprès de leurs parents. Comme à l’accoutumée, la caméra de Marie Dumora sait se faire insistante sans être intrusive, se plaçant au bon endroit et au bon moment pour capter les sentiments d’un Nicolas hésitant entre une amitié avec son copain Saef et les liens familiaux qui se renforcent à chaque visite entre lui, sa mère et son beau-père.

Tout est loin d’être rose puisque l’on évoque des fugues et autres « bêtises » du jeune adolescent, mais au vu des répliques de sa mère qui l’admoneste avec un « ne fais pas comme moi ! », on sent que ces moments d’égarement sont néanmoins compris sans avoir besoin d’être excusés. Si elle n’élude pas les soucis, la réalisatrice sait surtout nous rendre parfaitement compte de l’affection qui baigne cette famille.

Il n’y a pas de discours fataliste chez Marie Dumora. Quand bien même les situations se répètent, on sent qu’elles évoluent, que l’avenir de Nicolas reste ouvert à tous les rêves. Il a en effet la possibilité de prendre sa vie en main, car il est à l’heure des choix et en capacité de les prendre. Ce n’est donc pas à sa mère de lui dicter sa conduite, et encore moins à la réalisatrice d’agir, Marie Dumora étant simplement une témoin de son temps et non la démiurge d’une fiction.

Un très beau et très touchant documentaire à découvrir en salles.

Laurent SCHÉRER

 



Marie Dumora, Loin de vous j’ai grandi, France, 2021, 102mn

Sortie : 17 novembre 2021
Genre : documentaire
Classification : tous publics

Scénario : Marie Dumora
Image : Marie Dumora
Son : Aline Hubert, Xavier Griette

Montage : Catherine Gouze

Production : Les Films du Bélier
Producteurs : Justin Taurand
Distribution : Epicentre Films

En savoir plus sur le film avec CCSF : Loin de vous j’ai grandi

. .
Critique publiée dans le cadre d’un partenariat avec Chacun cherche son film

Marie Dumora, Loin de vous j’ai grandi
.



Découvrir toutes nos critiques de films



 

Restez informé !