Il a révélé en France les plus grands noms du cinéma mondial. Cheville ouvrière de la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes, du FIPADOC ou encore du festival de Pessac, Pierre-Henri Deleau est pourtant un acteur de l’ombre, en même qu’une mémoire exceptionnelle du 7e art indépendant. Rencontre.

Parole à l’œuvre

Il a contribué à révéler George Lucas, Werner Herzog, Chantal Akerman, Theo Angelopoulos, Patricia Guzmán, Martin Scorsese, Nagisa Ōshima, Ken Loach, Jim Jarmusch, Spike Lee ou encore les frères Dardenne, Michael Haneke et Bruno Dumont… grâce à la Quinzaine des Réalisateurs, qu’il a dirigé pendant 30 ans, depuis sa création en 1969 jusqu’à la fin du siècle dernier.

Pierre-Henri Deleau a dirigé le Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) entre 1987 et 2009. Il a participé au jury de la Mostra de Venise par deux fois en 1993 et 2003. Il est aujourd’hui délégué général du Festival international du film d’histoire de Pessac, qui a lieu chaque année en novembre.

Entretien.

Points abordés durant l’entretien :
1/ Arrivée dans le milieu du cinéma.
2/ 1969 : naissance de la Quinzaine des Réalisateurs.
3/ Développement de la Quinzaine.
4/ Intérêt de la Quinzaine aujourd’hui.
5/ 1987 : le FIPA => FIPADOC
6/ 1990 : festival de Pessac

Et la traditionnelle question « bonus » : un coup de cœur artistique récent qu’on vous laisse découvrir…

Propos recueillis par Pierre GELIN-MONASTIER.

.



Soutenez-nous gratuitement
Abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

Merci !



.

.

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :