L’acteur Jean-Louis Trintignant vient de mourir, à l’âge de 91 ans (1930-2022). En plus de soixante ans de carrière et de cent vingt films, Jean-Louis Trintignant fait figure de monstre sacré du cinéma.

Révélé en 1956 dans Et Dieu… créa la femme de Roger Vadim, donnant la réplique à Brigitte Bardot, Jean-Louis Tringinant est consacré dix ans plus tard par le film très acclamé Un homme et une femme de Claude Lelouch. Il reçoit en 2012 la Palme d’or et le César du meilleur acteur pour son rôle dans Amour de Michael Haneke, au côté d’Emmanuelle Riva.

Retour sur la vie et la carrière d’un acteur discret mais très prolifique, en cinq petites anecdotes cinématographiques.

1/ Un homme et une femme… oui mais laquelle ?

Si Claude Lelouch pense immédiatement à Jean-Louis Trintignant pour le rôle principal d’Un homme et une femme, il envisage d’abord Romy Schneider pour lui donner la réplique. Mais le rendez-vous entre l’actrice et le réalisateur est désastreux, l’actrice se montrant particulièrement critique et peu enthousiaste. Lelouch renonce à son premier choix et demande conseil à Jean-Louis Trintignant, qui lui propose le nom d’Anouk Aimée.

Le tournage commence donc avec ce couple d’acteurs, devenu depuis emblématique. Et pourtant, sur le plateau, Lelouch est tout près de virer Anouk Aimée le jour où elle refuse de tourner une scène sur un bateau. Le réalisateur va même jusqu’à appeler Annie Girardot pour la remplacer, avant qu’Anouk ne revienne enfin sur sa décision.

Le couple Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée tourneront deux suites : Un homme et une femme : vingt ans déjà en 1986 et Les plus belles années d’une vie en 2019.

2/ La liaison BB et Trintignant

Le réalisateur Roger Vadim, alors époux de Brigitte Bardot, choisit Jean-Louis Trintignant pour tourner au côté de sa femme dans le sulfureux Et Dieu…créa la femme. Alors que, sur le tournage, le couple Bardot/Vadim bat de l’aile, Jean-Louis Trintignant entame une relation passionnée avec sa partenaire à l’écran.

Roger Vadim et Brigitte Bardot divorce après la sortie du film et Jean-Louis Trintignant emménage avec elle. Cette liaison prend fin en 1957, alors que Jean-Louis Trintignant fait son service militaire, lorsqu’il découvre que BB le trompe avec Gilbert Bécaud.

3/ Amour : Trintignant sinon rien

Michael Haneke écrit le scénario de son film Amour pour Jean-Louis Trintignant et pour personne d’autre. L’accord de Trintignant est une condition sine qua non pour faire le film. Pourtant, l’acteur a annoncé sa décision se retirer du monde du cinéma pour se consacrer uniquement au théâtre.

« Quand il m’a envoyé le scénario, j’ai été catastrophé parce que j’ai vu dans ce film une intensité, une force que je n’imaginais pas, raconte Jean-Louis Trintignant. Et je lui ai dit : ‘‘Je suis content de l’avoir lu parce que ça, c’est un film que je n’irai pas voir’’. »

C’est finalement la productrice Margaret Ménégoz qui le convainc. Trintignant signe ainsi son retour remarqué sur les écrans, après dix ans d’absence. Il accepte même de tourner à nouveau avec Haneke dans Happy End, en 2017.

4/ Vivement dimanche ! Au culot !  

En 1983, Jean-Louis Trintignant tourne pour la première fois devant la caméra de François Truffaut, dans ce qui est le dernier film de réalisateur, Vivement Dimanche !

Si Fanny Ardant est déjà choisie pour le rôle féminin, c’est Jean-Louis Trintignant qui s’impose lui-même pour obtenir le premier rôle masculin. Désireux de tourner pour Truffaut, il lui écrit une lettre enflammée pour lui témoigner de son désir de collaborer au film. Séduit par cette initiative, François Truffaut lui donne le rôle, et va même jusqu’à regretter de ne pas avoir tourné avec lui plus tôt !

5/ Janis et John : une sortie en salle endeuillée

Alors que Jean-Louis Trintignant vient d’annoncer son désir de se retirer du cinéma, Samuel Benchetrit tente de convaincre l’acteur de tourner dans son premier long-métrage, Janis et John, au côté de sa fille Marie Trintignant, qui est alors la compagne du réalisateur. Emballé par le scénario et heureux à l’idée de tourner avec sa fille, Jean-Louis Trintignant accepte.

Pendant le montage du film, Marie Trintignant décède sous les coups de son conjoint Bertrand Cantat, pour lequel elle a quitté Samuel Benchetrit. Le réalisateur renonce à sortir le film en salles : « Marie est à la base de tout. Elle est le personnage central de l’histoire. Nous avons vraiment fait ce film ensemble et je ressens une peine monstrueuse. »

C’est finalement Jean-Louis Trintignant qui insiste pour que le film sorte en salles comme prévu. Le film lui est alors dédicacé.

Maïlys GELIN

 



 

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :