S’il fut un grand homme de théâtre, Wladimir Yordanoff s’est surtout fait connaître en interprétant des seconds rôles pour le cinéma : il était notamment Philippe, dans Un air de famille de Cédric Klapish, avec Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri et Catherine Frot. Le comédien « est décédé aujourd’hui en Normandie des suites de maladie fulgurante », a indiqué son agence artistique Aartis.

« C’est une voix et une silhouette reconnaissables entre tous qui quittent la scène artistique française », a salué la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin.

Fils du violoniste bulgare Luben Yordanoff, Wladimir Yordanoff est né à Monaco en 1954. Très jeune, il souhaite devenir comédien et intègre le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, dans la classe de Pierre Débauche et d’Antoine Vitez. Sa riche carrière de comédien le conduira à jouer sous la direction des meilleurs en scène les plus fameux de son époque, tels que Patrice Chéreau, Bernard Sobel, Christian Schiaretti, Roger Planchon ou encore Alain Françon. Avec Qui a peur de Virgina Wolf ?, mise en scène par ce dernier, il remporte en 2016 le Molière du meilleur comédien d’un spectacle privé.

Sa carrière d’acteur pour le cinéma débute dès le début des années 1980. Il joue de petits rôles dans des films d’Andrzej Wajda, Margarethe von Trotta, Andrzej Żuławski, Robert Altman et Pierre Salvadori. C’est en 1996 que son visage devient connu dans la France entière, avec la sortie de Un air de famille de Cédric Klapish, dans lequel il interprète Philippe Ménard, un cadre dans une société d’informatique marié à Yolande (Catherine Frot) et frère cadet d’Henri (Jean-Pierre Bacri). Il retrouve le duo Jaoui-Bacri quatre ans plus tard dans Le Goût des autres, et Cédric Klapish six ans plus tard, dans L’Auberge espagnole.

Wladimir Yordanoff tournera par la suite sous la direction d’Arnaud Desplechin, d’Isabelle Mergault (à deux reprises), de Robin Renucci, de Marc Fitoussi ou encore de Roman Polanski dans son célèbre film J’accuse, dans lequel il interprète le général français Auguste Mercier, ministre de la Guerre au moment de l’Affaire Dreyfus et antidreyfusard convaincu jusqu’à sa mort en 1921. Pour les fans du PSG, il est surtout le Président Spizner, dans la comédie footballistique Trois zéros de Fabien Onteniente, 2002

Il est apparu cette année dans L’Aventure des Marguerite de Pierre Coré. Son dernier film, OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire, réalisé par Nicolas Bedos, devrait sortir le 3 février 2021.

Vanessa LUDIER

 



Photographie de Une – Trois zéros de Fabien Onteniente (2002)



 

Restez informé !