Dans une tribune publiée lundi 11 mai dans le journal Libération, le critique d’art et cofondateur de la galerie Loeve&Co Stéphane Corréard interpelle le président de la République sur l’absence de mesures touchant les artistes-auteurs, photographes et plasticiens.

Tribune. Monsieur le Président,

Puisque vous lisez les tribunes que le monde de la culture vous adresse, je voudrais vous alerter sur les graves difficultés auxquelles notre secteur, les arts plastiques, est confronté.

Face à la peur d’un «oubli de la culture» dans la réponse à la crise, vous avez promis un «plan d’urgence» pour les 1,3 million de personnes qui vivent (ou, pour beaucoup, survivent) dans ce milieu. Quelle déception ; au lieu d’un plan, une unique annonce conséquente. Elle concerne les seuls intermittents, soit 250 000 professionnels de l’audiovisuel et du spectacle vivant. Restent donc 1,05 million de vrais «oubliés» : sont-ils condamnés ?

Le secteur des arts visuels compte 350 000 de ces oubliés, pourtant il est peu gourmand : avec 10% du milliard que vous débloquez pour les intermittents, vous pourriez «refonder» (puisque c’est un terme que vous affectionnez) une véritable politique des arts plastiques en France.

Il y a vraiment urgence…

Lire la tribune complète de Stéphane Corréard sur le site du journal Libération.

.

Suivre toute l’actualité sur l’audio|visuel face au coronavirus.



 

Restez informé !