Film Netflix le plus attendu de l’année, plus gros budget à ce jour de la plate-forme, The Gray Man réunit Ryan Gosling et Chris Evans. Autant dire que le succès est garanti. Mais à l’origine, il y a un romancier, Mark Greaney, célèbre aux États-Unis, encore inconnu en France. Son roman vient de paraître aux éditions L’Archipel.

Instant critique

Il est proclamé « film Netflix le plus attendu de l’année ». En juillet prochain sortira The Gray Man, qui est le plus gros budget de toute l’histoire de la plate-forme à ce jour : 200 millions de dollars ont été dépensés pour cette adaptation d’Anthony et Joe Russo du roman éponyme de Mark Greaney. À l’écran, nous retrouverons notamment Ryan Gosling, dans le rôle de l’implacable tueur à gages devenu la proie de soldats et mercenaires venus du monde entier, et Chris Evans dans celui de son ennemi Lloyd Hansen, avocat véreux et sans scrupules.

Avant de découvrir cette œuvre cinématographique qui nous promet des scènes d’action « époustouflantes », des batailles en cascade « inouïes » et des morts « fantastiques » à la pelle, il y a donc le polar signé Mark Greaney. Le romancier est surtout connu dans l’Hexagone – à supposer qu’il le soit – pour avoir collaboré avec Tom Clancy sur les aventures de Jack Ryan, avant de lui succéder après la mort de ce dernier en 2013.

The Gray Man est sa nouvelle saga… Nouvelle ? Pas exactement ! Si le premier volume vient de paraître en France, aux éditions de l’Archipel, onze ont déjà été publiés outre-Atlantique – de quoi créer une franchise à l’égal de Jason Bourne.

L’intrigue, en soi, est tout sauf novatrice : Court Gentry, un tueur à gages connu sous le surnom de Gray Man, voit son employeur se retourner contre lui – du moins en partie, car ledit employeur le fait sous la menace. Le héros se retrouve traqué dans toute l’Europe, de l’Irak à la France en passant par la République tchèque, la Hongrie et la Suisse.

On a eu Jason Bourne, Mr. And Mrs. Smith ou encore, plus récemment, James Harper dans The Contractor paru en avril dernier sur Amazone Prime… Voici donc le petit dernier : The Gray Man ! Trahison, traque, riposte, victoire.

Une douzaine de méchants commandos de super-terribles-soldats-de-la-mort-qui-tue – en l’occurrence, ce sont plutôt eux qui sont tués, le Gray Man étant bien évidemment le plus fort – sont envoyés par des agences d’État pour abattre ce vilain Super-Gentil, ancien de la CIA au code moral inamovible, trahi par ses anciens camarades américains (pour des raisons qui seront très vraisemblablement expliquées dans d’autres volets), et devenu depuis quelques années – au moment où démarre l’action – une véritable légende de l’ombre parmi les assassins.

Toutes les recettes made in US sont réunis dans ce thriller d’action. La psychologie des personnages est encore tâtonnante, quand elle existe, et il ne faut certainement pas demander plus à ce roman que des scènes spectaculaires et un débit stylistique expéditif.

En ce sens, The Gray Man est une réussite totale, qui ne manquera pas de s’inviter sur les plages cet été et dans les transports tout au long de l’année. On a beau anticiper la plupart des scènes, on ne s’ennuie pas une seconde. Objectif simple peut-être. Objectif rempli indubitablement.

Pierre GELIN-MONASTIER

.
Mark Greaney, The Gray Man, traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Vigneron, Éditions L’Archipel, 2022, 392 p? 20 €

.

Crédits photographiques : Netflix



Soutenez-nous gratuitement
Abonnez-vous à notre chaîne YouTube.

Un petit geste pour vous, un soutien majeur pour nous !



.

.

Restez informé !

Sélectionnez une ou plusieurs listes :